Lectures

Parce que le Yoga se pratique d'abord, certes, mais aussi parce qu'il s'agit d'une Tradition millénaire, nous vous indiquons ici certains ouvrages que nous trouvons intérerssants. N'hésitez pas à nous soumettre vos propres suggestions.

 

 

“L’âme du Gange – Un pèlerinage aux sources”

de Tanneguy Gaullier

 

Ce livre découvert chez Frère Antoine, m’a tout de suite attiré et je n’ai absolument pas regretté cette acquisition.

 

L’auteur, de sensibilité chrétienne et doté d’une grande ouverture d’esprit sur d’autres traditions et religions, raconte son « pélerinage», du delta du Gange jusqu’à ses trois sources dans l’Himalaya, soit 2600 kilomètres, parcourus en sept mois.

 

L’intérêt de l’ouvrage ne réside pas seulement dans le récit passionnant de ce périple à travers villes, hameaux, campagnes et lieux sacrés mais aussi dans le très beau style d’écriture et surtout l’érudition de l’auteur, qui insère toujours au bon moment des explications historiques,  des citations ou des poèmes et surtout des anecdotes et des enseignements riches en spiritualité. J’y ai découvert entre autre le père Henri le Saux, moine bénédictin français ouvert au mysticisme, qui étudia l’hindousime, ouvrit un ashram et vécut comme ermite.

 

L’on tremble presque pour l’auteur lorsqu’un cobra de deux mètres lui bondit dessus ou qu’un paysan armé d’une faucille l’attaque (l’ayant pris pour un terroriste en fait !), lorsque des hommes tentent de le voler en pleine campagne ou dans des villages isolés, l’un d’eux résistant même au spray au poivre dont il se fait copieusement asperger ou encore lorsque des hyènes lui rôdent autour…

 

L’on se réjouit avec lui, de ses belles rencontres ou des intéressants échanges  avec des Hare Krishnas, des religieux et religieuses chrétien-ne-s, des fidèles musulmans, des sadhus, des familles hindoues, des brahmanes érudits et des paysans et même des policiers l’accompagnant lors de la traversée d’une région dangereuse.

 

 L’on ressent presque le goût des aliments divers qu’il vient à goûter au long de son périple. Et surtout, surtout… l’on a l’impression de cheminer à ses côtés, prenant part à ses aventures extérieures mais surtout intérieures en s’enrichissant à chaque page de sagesse et de nouvelles connaissances.

 

Il aborde les varnas et jatis (« castes »), les diverses tribus aborigènes indiennes, les différentes langues et dialectes de l’Inde, les particularités régionales, les naxalites (rebelles maoïstes), le symbolisme de Shiva et de Shakti, le yoga en tant qu’expérience religieuse et méthode d’union avec le divin, la grande fête de la Kumbh Mela qui attire des foules prodigieuses (jusqu’à 120 millions de pèlerins certaines fois !), l’ego, le paradoxe entre la pollution du Gange et son caractère sacré, l’incroyable hospitalité des indien-ne-s, l’art de la parfumerie et tant d’autres sujets qu’il serait vain de vouloir tous les citer…

 

Un ouvrage à conseiller à tout-e amateur/-trice de bonne et belle lecture, enrichissante, vectrice d’apprentissages et d’évolution intérieure, d’autant plus l’on est attiré-e par la spiritualité vraie et dénuée de mièvrerie new-age.

Conscience et Absolu” de Sri Nisargadatta Maharaj

 

Il s’agit ici des derniers entretiens accordés par Sri Nisargadatta Maharaj avant sa mort, qui contiennent la quintessence de son enseignement.

 

Marchant de bidies, venu de la campagne à Mumbai, ayant été initié dans la voie de l’Advaita (non-dualité) par son maître, il commence lui-même à transmettre son savoir après un pèlerinage sur les routes de l’Inde.

 

Dans ce livre, sous forme de questions-réponses, Sri Nisargadatta, qui fut un guru humble et simple nous apprend qu’il n’a rien à chercher, que tout est déjà là, que nous sommes déjà l’absolu et que lorsque nous réalisons cela, le chercheur, le fait de chercher et ce que l’on recherche deviennent un et identique au Brahman (l’Absolu).

 

A force de répétitions, il nous enseigne dans son style particulier et nous pousse à nous questionner et à toujours chercher à comprendre, à démêler, à nous débarrasser des illusions, à nous défaire des concepts. Il n’y a pas de place pour les mots savants, les sentences pompeuses ou le moralisme ;avec ce maître, l’on va droit au but et il sait se montrer tant agréable qu’impatient, mais toujours dans le désir de nous faire voir la vérité.

 

Pour résumer : Tout est Conscience. Mais cette Conscience peut s’identifier à un individu, afin de se découvrir, de se savoir exister, ce qui entraîne  la naissance de l’ego et de l’illusion de la séparation. L’être individuel n’est donc qu’un concept qui n’a pas de réalité.

 

A la lecture de ce livre, l’on peut être déboussolé-e par le fait que certains mots soient utilisés dans des sens parfois différents : Ainsi, il s’agit de comprendre si l’on parle de Conscience universelle ou individuelle. Mais si le message est assimilé, alors l’on voit rapidement de quoi il s’agit au fil des entretiens. De même, l’on pourrait être étonné des conseils parfois divergents que Sri Nisargadatte donne à ses interlocuteurs ; mais il faut garder en tête que les gurus saisissent la nature de leurs élèves et s’adaptent à leur niveau d’évolution, à leurs capacités de compréhension.

 

En bref, l’auteur nous pousse constamment à nous défaire de l’identification au corps-esprit, qui n’est qu’un amas de cellules selon lui ; néanmoins, et c’est fort agréable, il ne s’agit pas d’un rabaissement du corporel, au contraire le corps est décrit comme une aide précieuse pour la Conscience en tant qu’instrument qui lui sert à se manifester. Ce qui doit disparaître, c’est le sentiment d’être une entité séparée.

 

J’apprécie le style direct et sans chichis : à une personne, demandant si le fait de ressentir de la paix intérieure n’est pas un indice de progrès, Sri Nisargadatta répond : “Qu’est-ce que vous racontez ? C’est de l’infantilisme !” Sans doute car le calme ressenti, ne sert pas à se défaire de l’illusion.

 

Le livre est dépourvu de mots savants et de jargon spirituel ou religieux ; le maître dit d’ailleurs “Je salue tous les prophètes, croyances, religions, etc. Je sais qu’ils n’ont pas de réalité, ils sont seulement une mise en scène de la conscience.”

 

Une approche intéressante de l’Advaita Vedanta, simple dans les mots mais profonde et nécessitant de se laisser imprégner par les idées transmises.

"Biography of a Russian Yogi - The extraordinary story of Yogi Matsyendranath" de Keith Simons

 

Quand on apprend que son gourou publie sa biographie, l'on ne peut que se réjouir.

 

Aussitôt commandé, aussitôt lu et aussitôt cette chronique redigée.

Keith Simons, auteur anglais résidant en Australie, comme Yogi Matsyendranath,  a choisi de rédiger cette biographie sous forme d'une discussion. Il ne s'agit pas du jeu classique de questions-réponses mais parfois les interrogations de l'auteur viennent éclaircir un point ou ré-orienter le thème. 

 

Le langage est simple, sans doute parce que Yogi est russe et que son anglais reste sommaire, il n'y a donc pas d'enjolivures, de tournures de phrase compliquées, on a l'impression d'avoir Yogi devant soi, avec sa manière direct et simple de dire les choses. Cet aspect se retrouve aussi dans le fait que l'on saute parfois vite d'un thème à un autre, que le récit passe certaines fois d'avant en arrière, pour reprendre ensuite... Lorsque l'on connaît le personnage, l'on sait que toute question posée peut donner lieu à un vaste voyage dans le monde des idées, des concepts de la Tradition et que ces "détours" sont rarement aléatoires, car le Yoga et le Tantra ne s'accommodent pas toujours, même rarement, d'une grille de lecture simple, tant ces voies sont abordables à différents niveaux.

 

Il ne s'agit pas d'une biographie classique car, malgré le jeune âge de Yogi, il y en aurait des choses à dires sur sa jeunesse en Russie, ses séjours en Inde, ses études en Corée du Sud, son émigration en Australie et ses enseignements à travers l'Europe... mais plutôt, ces évènemente externes, y compris les analyses géopolitiques et l'histoire de la violence agression qu'il a subie, sont les supports pour amener des thèmes plus intérieurs, plus profonds.

 

Cet ouvrage me fait d'ailleurs penser à "Le vent Paraclet" l'autobiographie intellectuelle de Michel Tournier, non pas par le style d'écriture mais dans l'idée de passer de l'anecdote à la métaphysique.

 

J'ai l'impression que ce livre aussi, peut se lire à plusieurs niveaux. Comme simple biographie, il pourrait être vu comme "léger", presque superficiel et vous laisser sur votre faim ; en effet, j'aurais aimé en savoir plus sur ses années en Inde par exemple, sur ce qu'il y a vécu, ressenti, appris, son initiation...

 

Mais à niveau plus profond, le livre me touche, me donne envie de progresser sur la voie ; des phrases simples ouvrent les yeux des lecteurs/-trices, comme par exemple : "Yoga is not just a few techniques. It is a way of life and then your lifestyle becomes Yoga" (Le Yoga, ce ne sont pas juste quelques techniques. C'est une façon de vivre et ensuite votre mode de vie devient le Yoga).

 

Vers la seconde partie du livre, celui-ci devient plus axé sur des thèmes comme le Tantra, le Dharma, les Jatis (ce chapitre va sans doute provoquer des controverses parfois virulentes), Jiva et Atman, la pratique spirituelle personnelle, l'éveil, Shiva et Shakti, le Shri Yantra... Tout cela sans avoir besoin d'être un spécialiste de la question ; en effet, ces concepts sont décrits de manière telle qu'un-e novice absolu-e pourrait les comprendre. Et c'est déconcertant ! Car connaissant Yogi Matsyendranath et suivant ses enseignements, je connais l'ampleur invraisemblable de ses connaissances alors que cet ouvrage ne fait qu'entrouvrir délicatement la porte donnant sur le jardin du Yoga et du Tantra.

 

Un ouvrage que certain-e-s trouveront peut-être trop léger au niveau "théorique", d'autres trop superficiel au niveau purement biographique. Pour moi il est le reflet du personnage : multi-dimensionnel, pas toujours saisissable, d'un abord simple malgré ou peut-être à cause de ses vastes connaissances ne nécessitant ni étalage ni fioritures ; l'on y ressent ce côté vrai, qui ne cherche pas à plaire ou a séduire, qui est tout simplement et qui permet de prendre ce pour quoi nous sommes prêt-e-s.

 

Et surtout, qui n'enseigne pas de manière pédante mais montre la voie avec légèreté.
 

 

"Cinq visages de la Déesse – Le soufle, le rêve, l’amour, la mort, l’initiation selon le tantrisme hindou" de Pierre Feuga

 

Cet auteur est à situer dans la tradition tantrique et j’insiste qu’il ne s’agit pas de « tantra » à l’occidentale, basé en général sur la sexualité et allant rarement au-delà de cet aspect.  

L’avantage de lire Pierre Feuga est  qu’il s’exprime avec clarté, sans dogmatisme, avec de l’humour et de la finesse et qu’il sait présenter des thèmes pouvant paraître ardus, d’une manière abordable et compréhensible. L’on ne se sent pas comme un-e débutant-e un peu perdu-e devant un maître érudit, mais  au contraire, l’on prend plaisir à découvrir des rivages pas ou peu connus, avec légèreté.

 

Dans cet ouvrage, que l’on peut lire à la suite, ou y piocher les passages qui nous parlent le plus, pour revenir plus tard aux autres, Pierre Feuga nous présente des concepts tels que le souffle, qui nous accompagne depuis notre première inspiration jusqu’à l’expir final et qu’en Yoga nous tentons justement de contrôler, car support du Prana. Il y détaille les divers Vayus, les souffles majeurs et mineurs et aborde les nadis, les flux énergétiques qui traversent le corps, la Kundalini dont l’éveil est un des buts majeurs du Yoga,.

 

Le chapître sur le rêve aborde entre autre nos corps (les sharira) et les « fourreaux » (koshas) qui nous composent, le Yoga nidra, les songes initiatiques et d’autres aspects.

 

Dans « L’Amour », Pierre Feuga nous parle non seulement de la bhakti, la dévotion, non mêlé de sexe tout comme du tantrisme érotique, si cher aux occidentaux, en tant que voie initiatique plutôt dangereuse et pour laquelle pas tout le monde est apte. Comme l’auteur écrit . « … il n’y a d’union tantrique que dans un encadrement spirituel tantrique. L’amour ne protège pas de tout ». L’on y aborde aussi le vamachara, la sulfureuse « voie de la main gauche » dont maithuna, l’union sexuelle ritualisée et sacrée fait partie, l’adoration de la Femme en tant que Shakti et la canalisation de l’énergie ainsi produite dans un but d’Eveil.

 

La Mort y est aussi abordée. On commence par une explication de la transmigration (renaissance dans un nouveau corps), du karma qui justement cause cette « renaissance » tant qu’on ne l’épuise pas et que l’on atteint pas la libération. Nous faisons connaissance de Yama, le dieu des morts, sommes instruits sur les deux voies : celle des dieux, menant à la libération et celle des ancêtres, menant au retour dans un corps. Sont aussi abordés la réincarnation et la mort du désir.

 

Pour finir, le livre traîte de l’initiation en tant que transmission d’influences spirituelles ou psychique et de l’attachement, via cette initiation, à une lignée traditionnelle. Y sont abordées les varnas, « couleurs » soit les fonctions des castes, la diksha, soit l’initiation par un gourou et la sadhana, pratique ascétique qui s’en suit, les mantras donnés par le gourou et l’émergence d’une nouvel état de conscience suite à l’Eveil de la Shakti en soi.

 

Un livre passionnant à lire et sans doute à relire lorsque la pratique nous aura fait aller de l’avant sur notre chemin.

"Le Yoga de l’Eveil" de Tara Michaël

 

 

Ce ouvrage, rédigé par Tara Michaël, docteur en Etudes indiennes et chercheuse au CNRS que j’ai eu la chance de rencontrer par deux fois lors de stages, est composé de deux parties.

 

Ecrit avec clarté et relativement facile à lire, il traite de la voie du Yoga en tant que darshana, c’est à dire en tant que « vision ». C’est un bon moyen de connaître la philosophie qui sous-tend cette voie, les différentes manières de la concevoir : entre Yoga de l’action – karma yoga -, le Yoga de la dévotion – bhakti yoga -, le Yoga de la connaissance – jnana yoga – ainsi que le Raja Yoga, en tant qu’outils d’Eveil, de voie vers la réalisation du Soi et d’union (le sens du mot « yoga ») à Dieu. Un autre chapitre aborde les liens entre Yoga et religion hindoue, la forme d’adoration intériorisée utilisée dans le yoga : contrairement à des formes externes, on y adore le Soi véritable, notre vraie nature divine, le Brahman.

 

De nombreuses citations et notes de bas de page intéressantes complètent cet ouvrage sans l’alourdir.

 

La seconde partie du livre est composé de l’Amanaska Yoga, la voie du Yoga non-mental, aussi nommé « Le Yoga non mental de l’Eveil spontané » ou encore « Voie vers l’Inconcevable », un traité attribué à la tradition Natha. Il s’agit d’un dialogue entre Shiva et  un rishi nommé Vamadeva. Des symboles et métaphores y sont utilisés afin de démontrer la finalité non-mentale et non-duelle du Yoga qui relate non seulement les siddhis, les pouvoirs, que peut obtenir un-e yogi-ni mais l’on y apprend que les attributs externes et les symboles de dévotion, tout comme les exercices de contrôle de soi très poussés ou encore la discussions philosophiques ardues ne sont pas nécessaires à l’éveil et que ceux-ci peuvent même renforcer l’ego plutôt que de servir à le dépasser. Selon ce traité, le meilleur moyen d’arriver à l’Eveil, est la vraie connaissance du Soi, à travers la cessation de la pensée, de la parole et des activités corporelles, soit un état de méditation profond. Un des vers résume bien cela : « Par le torrent de nectar qu’est l’impassibilité chez le yogin, l’arbre du monde s’abat, sa racine, le mental étant extirpé », l’autre vers marquant affirme : «  L’esprit des humains est la cause de leur servitude et de leur libération. C’est pour sa servitude que l’esprit s’attache aux objets sensoriels, pour sa libération qu’il est vide de tout objet ».

 

A la fin de l’ouvrage, les personnes intéressées trouveront un glossaire qui explique avec clarté les termes plus ou moins connus du yoga et de la métaphysique hindoue.

 

Un livre qui vaut donc la peine d’être découvert pour tout-e un-e chacun-e qui aborde le Yoga dans un but de transcendance et de connaissance du Soi.

"Yogas Forgotten Foundation - Twenty timeless keys to your divine destiny" de Satguru Sivaya Subramuniyaswami

 

Un livre qui traite exclusivement des vingt yamas et niyamas, les deux premières composantes du ashtanga yoga, soit les restrictions et observations nécessaires pour avancer sur la voie du yoga. C'est un ouvrage facile à lire, très en détail et qui peut être commandé chez Himalayan Academy Publications ou lu directement en-ligne (gratuitement) : http://www.himalayanacademy.com/view/yogas-forgotten-foundation

"Inner engineering - A Yogi's guide to joy" de Sadhguru

 

Sadhguru est un yogi, fondateur dela Isha Foundation; dans cet ouvrage facile d'accès et plein d'humour, il présente son programme de transformation personnelle selon les maîtres yogis qui l'inspirent et selon ses propres principes. Un livre qui nous amène à nous voir différemment, à appréhender le monde autrement et à trouver la joie intérieure.

Disponible ici : http://isha.sadhguru.org/us-en/ie-book-buy/

"Four Chapters on Freedom - Commentary on the Yoga Sutras of Patanjali" de Swami Satyananda Saraswati

 

Il s'agit ici de la présentation commenté d'un texte fondamental du yoga, les Yoga Sutras de Patanjali. Il s'agit de 196 aphorismes rédigés à une date incertaine, les spécialistes parlent de 500 avant l'ère commune, jusqu'à 400 après l'ère commune. L'on y aborde les 8 "membres" (ashtanga) du raja yoga et c'est un guide excellent pour tout-e aspirant-e yogi-ni.

 

Les commentaires dans cet ouvrage, sont l'oeuvre de Swami Satyananda de la Bihar School of Yoga. Il y a aussi des versions gratuites en-ligne (commentées par d'autres auteurs). En anglais : http://www.abardoncompanion.de/Alex/Patanjali.pdf

"Philosophy of Gorakhnath" de Akshaya Kumar Banerjea

 

Gorakhnath, ou Gorakshanath, était le fameux disciple de Matsyendranath, qui a appris le yoga directement de Shiva. Dans cet ouvrage assez théorique mais facilement compréhensible, A. K. Banerjea nous livre une introduction à la philosophie des Nath Yogi. J'y ai particulièrement apprécié l'approche de Shiva, conscience suprême, transcendante et de Shakti, pouvoir créateur et immant ainsi que de leur interdépendance. Pour les Nath Yogis, contrairement à d'autres école (sankhya, advaita vedanta, bhakti), Shakti n'est pas non-spirituelle, n'est pas la Maya inexplicable, n'est pas distincte de Shiva. Cet ouvrage aborde aussi la création de l'univers, la question de l'âme - manifestation spirituelle de Shiva, le corps étant sa manifestation physique ; Moksha, la libération, le but suprême de la vie y est aussi abordée ainsi que plein d'autres concepts, dans une optique libre de dogmatisme car pour Gorkhnath, la Vérité ultime se révèle dans un plan de conscience au-delà de la pensée philosophique et de l'expression des pensées par le langage.

"Hatha Yoga Pradipika" de Maharishi Swatmarama (ici la version commentée par Swami Muktibodhananda et Swami Satyananda)

 

Un grand classique dont le nom signifie "lumière sur le hatha yoga", rédigé par Maharishi Swatmarama, un disciple de la Nath Sampradaya (la lignée des Nath Yogis, disciples de Matsyendranath, Gorakhnath,...). L'on y trouve une présentation complète du Hatha Yoga et de ses composantes : asanas, pranayama, shatkarmas, mudras et bandhas et l'on y apprend que le but du Hatha Yoga n'est de loin pas que physique, mais un processus d'élévation vers le divin. Ainsi, le Hatha Yoga est considéré comme fondement de tous les yogas supérieurs. Il existe des versions gratuites en-ligne, en anglais : http://terebess.hu/english/HathaYogaPradipika2.pdf ou en français : http://yogaix.free.fr/pdf_ecole_yoga_aix/hatha_yoga_pradipika.pdf (Petite mise en garde : le commentateur de cette traduction a plagié l'ouvrage "Philosophy of Gorakhnath" de A. K. Banerjea et prétend être un Nath Yogi initié dans une lignée inconnue, ce que contestent des yogis traditionnels de cette voie. Je mets tout de même en ligne le document pour information).

"Kundalini-Yoga-Parampara" de Reinhard Gammenthaler

 

Une présentation théorique, pratique et philosophique du Hatha Yoga authentiques, d'après les écrits traditionnels, comme la "Gheranda Samhita", la "Shiva Samhita", les "Yoga Sutras" de Patanjali. L'auteur, Reinhard Gammenthaler, est l'un de mes enseignants de Yoga, plus tatoué que moi, je suis jaloux ;-) et je peux attester de sa vaste connaissance et de son approche très intéressante du Yoga. Il s'est livré durant de longues périodes à une pratique intense au Kashmir, en Inde et partage dans cet ouvrage, sa méthode pour éveiller la Kundalini, la Shakti, cette force qui se trouve la plupart du temps "endormie" en nous. Le livre n'existe qu'en allemand ou en russe. Vous pouvez le trouver ici : http://www.kundalini-yoga.ch/index.php/de/buch-topmenu-59http://www.kundalini-yoga.ch/index.php/de/buch-topmenu-59

"A systematic Course in the Ancient Tantric Techniques of Yoga and Kriya" de Swami Satyananda Saraswati

 

Un des textes les plus complets sur le yoga, du moins, est-ce ce qui est affirmé au dos de l'ouvrage et je confirme qu'il est épais et rempli d'informations intéressantes sur les différentes branches du yoga : hatha, raja, mantra, karma, bhakti, jnana et kriya yoga. Le tout présenté et décrit en 36 leçons compilées d'après les enseignements de Swami Satyananda Saraswati de la Bihar School of Yoga. Un bon moyen tant pour les enseignant-e-s que pour les pratiquant-e-s de comprendre le vaste monde qu'est le yoga. L'on y trouve tant de la théorie sur les chakras, que de la pratique (postures, techniques respiratoires), des conseils de santé, comme p.ex. le chapitre sur le yoga et les problèmes psychologiques, de la méditation, de la relaxtion et des programmes quotidiens à suivre si l'on veut et bien plus encore.

"On Yoga - The architecture of peace" de Michael O'Neill

 

Je ne suis pas un grand adepte des livres de photos, qui montrent souvent des femmes bien stéréotypées, dans des postures très acrobatiques, du moins c'est l'impression que j'en ai. Celui-ci par contre, le seul du genre que je ne me sois jamais offert, on trouve des photos tant de pratiquant-e-s très traditionnel-le-s que des photos plus posées, occidentalisées mais qui restent une minorité. Voir des Yogis presque centenaires, des enfants, des sadhus, des moines tibétains et d'autres yogis et yoginis expérimenté-e-s, dans des postures parfois simples, parfois ardues, peut nous motiver à progresser, d'autant plus que le photographe connaît son métier et que ses images, dépourvues de superflu, capturent bien des moments intenses. L'on y découvre aussi le Mallakhamb, une gymnastique indienne centenaire, condistant à des exercices sur des poteaux en bois, tout comme le Kalaripayattu, le plus vieil art martial du monde. Une de mes photos préférées, est celle de Dharma Mittra en Niralamb Shirshana (poirier, sans support des mains), sur une bouche d'égoût à New York et je l'avoue, celle des sadhus enroulant leur pénis sur un bâton, sur lequel ils soulèvent ensuite une, voire plusieurs personnes... si j'aime cette série, c'est surtout pour le plaisir de montrer que le yoga, ce n'est pas que du "wellness" pour citadin-e-s en manque de "zénitude"* et de cd's de chants d'oiseaux :-)

Informations diverses

Petite mise au point (un avis très personnel sur le Yoga)…

Pour pratiquer le Yoga, vous n’avez pas besoin de tapis anti-dérapants fabriqués dans le dernier produit certifié écologique et anti-allergie.

Vous n’avez pas besoin non plus de leggings, de shorts, de t-shirts chers, à motifs « hindouisants » tels que nombre de magasins en-ligne ou de boutiques en vendent.

Les yogis et yoginis authentiques pratiquaient et pratiquent encore, dans des lieux reculés, parfois des grottes dans l’Himalaya, dans une quelconque jungle ou dans des ashrams, peu et/ou simplement vêtu-e-s et sans tapis labellisés.

Bien entendu, vous pouvez apprécier ces vêtements et accessoires, mais il est bon de se détacher de ce consumérisme auquel poussent certaines publications, certains sites et l’effet de mode.

Pour pratiquer le Yoga, vous n’avez pas besoin de CD’s de chants d’oiseaux ni de MP3 d’artistes new-ageisant-e-s qui chantonnent doucereusement des mantras. Les mantras sont quelque chose de sérieux et ne nécessitent pas d’être mielleusement gazouillés.

Bien entendu, vous pouvez apprécier ce genre de sonorités et en accompagner votre pratique mais il est bon de savoir l’origine et le sens des mantras et de ne pas les réduire à un aspect « wellness pour oreilles ».

Pour pratiquer le Yoga, vous n’avez pas besoin d’avoir l’air toujours heureux/-ses et rayonnant-e-s, comme certaines vidéos sur le net donnent l’impression ; le Yoga, demande l’observation de ce qui est, si je suis mal, je pratique et note mon état, heureux ou malheureux, en forme ou non, et je sais que cela aussi passera ; le Yoga demande aussi de l’honnêteté par rapport à soi-même et par rapport aux autres, je peux donc admettre ne pas être bien tout en pratiquant.

Pour pratiquer le Yoga, je n’ai pas besoin d’une salle climatisée, dans un centre de fitness onéreux, je peux pratiquer dans ma chambre, mon salon, un jardin, un balcon… D’ailleurs il n’y guère que pour les postures qu’il faille de la place suffisante et le Yoga ne se limite pas aux postures, cela peut se pratiquer dans le quotidien, où que l’on se trouve (Bhakti Yoga, Karma Yoga, Jnana Yoga ou encore du pranayama par exemple).

Bien entendu, des enseignant-e-s très motivé-e-s et qualifié-e-s peuvent enseigner dans des salles de fitness onéreuses, mais il s’agit de savoir ce qui est effet de mode et ce qui est traditionnel.

Pour pratiquer le Yoga, je ne vais pas « faire du Yoga » une ou deux fois par semaine dans une salle, le Yoga est une voie, un de six darshanas (philosophie, enseignement, point de vue) de l’hindouisme, c’est une voie, un chemin de vie.

Bien entendu, je peux pratiquer uniquement l’aspect physique, comme une « gymnastique indienne », les bienfaits physiques sont indéniables, l’éveil à une forme de transcendance est possible de toute manière, mais il est bon de savoir de quoi il s’agit réellement ; ni gym, ni new-age, le Yoga se rattache à une Tradition millénaire.

A ceux qui m’affirmeront que je ne vais pas attirer de personnes dans notre école de Yoga en étalant ainsi mes pensées, je leur rétorquerai qu’il existe assez de centres, d’écoles, de studios pour que chacun-e trouve son bonheur et que pour une personne dérangée, par mes propos une autre appréciera, peut-être.

De plus, il ne s’agit en aucun cas de vouloir « convertir » quiconque à quoi que ce soit, mais de permettre de pratiquer en connaissance de cause. L’idée n’est pas de critiquer ni de juger la personne qui vient pour se faire du bien, pour développer sa musculature ou qui aimerait perdre du poids, des motivations fort valables d’ailleurs ; l’idée est de clarifier ce qu’est et n’est pas le Yoga. Chez nous, même les divers-e-s enseignant-e-s ont des approches différentes du Yoga.

Je répondrai aussi que parmi les yamas du Yoga, les observances, nous trouvons « satya », la véracité, la sincérité, donc autant exprimer sa vérité (et je dis bien « sa » vérité, car je ne demande à personne de partager mes points de vue).

Vos commentaires à ce sujet sont bien sûr les bienvenus !

CHINNAMASTA

Un nouveau tableau orne nos locaux, celui de la Déesse Chinnamasta (aussi nommée Chhinnamasta).

 

Loin d’être une imagerie « macabre » ou sombre, il s’agit de l’une des dix Mahavidyas, les dix déesses du Tantra.

 

Son symbolisme, parfois contradictoire en apparence , inclut les points suivants :

 

  • Elle contrôle l’énergie sexuelle ou manifeste cette même énergie (d’où sa représentation au-dessus d’un couple en plein acte sexuel), qui peut être soit dilapidée dans la procréation et le plaisir ou utilisée pour la montée de la Kundalini (symbole du flot de sang qui monte) ;
  • Certain-e-s l’identifient aussi à Sushumna, où monte la Kundalini et ses servantes à Ida et Pingala (l’on notera qu’elle s’abreuve  d’ailleurs du flot central de son sang).
  • Elle représente tant la destruction de la vie « habituelle » que la vie, puisque si elle se coupe la tête, elle se nourrit aussi de son sang, tout comme elle en nourrit ses servantes.

 

Il existe des multiples légendes à son sujet, que l’on peut retrouver sur le net. Mais nous attarderons ici à son aspect de grande yogini dont le but est la transformation.

 

Le fait qu’elle tranche sa propre tête, peut être interprété comme un acte de transcendance : en effet, la sagesse transcende le mental (symbolisé par la tête) et ses fonctions.

 

La plupart des gens auraient peur de « perdre la tête », de se retrouver sans support logique, sans point de référence, or cette peur est causée par l’ego, qui ne veut pas lâcher prise ; pour les yogi-nis, par contre, il s’agit là de se déconnecter de l’identification avec le corps, le mental et de se détacher ainsi de ses pensées, de ses désirs, de ses répulsions. La condition « sans tête » représente notre vraie nature, celle de témoin détaché des apparences.

 

Quand Chinnamasta se coupe la tête, c’est donc un acte de sacrifice qu’elle commet, afin de libérer la conscience de la matière et l’attachement au corps physique, aux formes, en bref : le sacrifice de l’ego.

 

Son visage ne montre pas de souffrance, ni de terreur mais de la sérénité, car elle s’est libérée de l’attachement ; de par son exemple, elle nous montre la voie à suivre. Et si l’imagerie peut induire la peur, car il est indéniable que la mort de quoi que ce soit (l’illusion, l’attachement dans ce cas), peut faire peur, elle nous montre aussi qu’il n’y a rien à craindre, que la transformation sera bénéfique.

 

Si Kali détruit les démons, Chinnamasta elle, détruit le pire ennemi de la spiritualité: l’ego.

 

Pour la voie du Yoga, elle est une Shakti importante, celle de de la libération de la conscience, de l’ascention de la Kundalini, de la transformation volontaire de l’être humain ainsi que de la destruction de l’ignorance, de l’illusion et de l’attachement.

 

 

Son mantra : Srim hrim klim aim Vajravairocaniye hum hum phat svaha 

Contactez- nous :

Shiva Shakti Yoga Shala
Rue Neuve 13
1003 Lausanne

Tél. :
0041 (0)77 452 99 36

Print Print | Sitemap
© Shiva Shakti Yoga Shala - Powered by 1&1 IONOS

Call

E-mail

Directions